Comment éviter stress, inquiétudes et dépression – « Un sourire d’espoir 3 » Amr Khaled


Comment éviter stress, inquiétudes et dépression – « Un sourire d’espoir 3 » Amr Khaled

L’histoire d’aujourd’hui est une anecdote historique,
Une histoire islamique ancienne,
Elle parle de la philosophie du stress, des inquiétudes, et de la dépression…
Comment les éliminer et comment les éviter.
C’est une histoire vraie de quelqu’un qui s’appelle Ali Ibn Al Ma’moune,
Son père est donc Al Ma’moune, le célèbre Calife Abbaside,
Pendant son règne il y a eu de grandes avancées scientifiques,
C’est un des Califes Abbasides les plus importants,
Il y avait beaucoup d’argent à son époque,
Ali est donc le fils du Calife,
Il vivait dans un très très très grand confort,
Et bien sûr il ne travaillait pas…
Son temps était vide,
Il vivait dans un grand palais,
Il ne travaillait pas,
Et il avait tout à sa disposition…
Mais il n’avait pas de bonheur,
Il souffrait des 3 choses : Le stress, les inquiétudes et la dépression.
Il souffrait de ces 3 choses car il menait cette vie de riche…
Puis un jour il est parti sur un balcon de son palais,
La vue donnait sur le marché (souk) de Bagdad,
Pendant qu’il regardait le marché,
Un homme a attiré son attention…
Cet homme était un coursier,
Tout son corps était rempli de transpiration,
Il attachait des cordes autour de son corps pour porter des marchandises sur ses épaules,
Il faisait des allers-retours sans arrêt,
Son dos était courbé car il portait des choses lourdes tout le temps…
Cet homme avait la quarantaine,
Mais il avait l’air beaucoup plus jeune que ça,
Il partait d’une boutique à une autre,
D’un endroit à un autre…
Ali le fils du Calife a continué à suivre les mouvements de cet homme au marché,
Il était impressionné,
Car il travaillait sans faire de pause pendant 3 ou 4 heures…
Puis il s’est arrêté,
Il est parti faire ses ablutions,
Il a fait la Prière du Dohr (début d’après-midi),
Puis il est revenu,
Il a attaché les cordes,
Et il a repris son travail…
Ali le fils du Calife a passé la journée au balcon en train de regarder cet homme,
Il a apprécié ses efforts,
Alors il a demandé à ce qu’on le lui ramène,
« Le fils du Calife veut te voir au palais »
L’homme a été surpris
« Le fils du Calife veut me voir au palais ?
Pourquoi je lui ai fait quoi ?
Qu’est ce qui se passe ?
J’espère que je ne risque rien »
Il est parti devant le fils du Calife,
Ce dernier l’a salué, et lui a demandé « C’est quoi ton travail ? »
L’homme s’est étonné de la question, ça se voyait qu’il était coursier…
Il lui a répondu « Je suis un serviteur de Dieu, dans une terre de Dieu »
Ali le fils du Calife lui a fait une proposition étonnante,
Il lui a dit « Que dis-tu d’habiter avec moi au palais,
Ramène ta famille,
Je te donnerai un logement à l’intérieur du palais,
Tu pourras manger, boire, te reposer,
Sans stress, sans inquiétudes, et sans dépression… »
L’homme a souri,
Il lui a dit « Que je reste ici sans travailler,
Et sans avoir de stress, ni d’inquiétudes, ni de dépression ? »
Ali le fils du Calife n’a pas compris ce qui faisait sourire cet homme…
L’homme lui a dit « Celui qui a du stress est celui qui ne travaille pas,
Celui qui a des inquiétudes est celui qui commet des péchés,
Et celui qui a de la dépression est celui qui ne fait pas d’efforts »
Mais celui qui travaille du matin au soir,
Qui cherche à satisfaire Dieu (Car le travail est une adoration),
Et qui fait des efforts…
Il ne verra ni stress, ni inquiétudes, ni dépression.
Ali le fils du Calife était très surpris,
Il lui a demandé « As-tu des dettes ? »
L’homme lui a répondu « Mes dettes sont des péchés du passé, entre moi et Dieu…
Et je les rembourse en me repentant et en Lui demandant pardon »
Ali le fils du Calife était encore plus étonné par cet homme qui travaille beaucoup, et qui adore beaucoup Dieu…
Il lui a dit « Donc tu ne voudrais pas vivre avec nous au palais ? »
L’homme lui a répondu « Non je le jure »
Il lui a demandé « Pourquoi ? »
L’homme lui a répondu « J’ai peur du stress, des inquiétudes et de la dépression.
Je préfère le marché, le soleil tapant et le travail difficile… Plutôt que le stress, les inquiétudes et la dépression »
L’histoire est terminée,
Mais grâce à cette anecdote,
Ali le fils du Calife a décidé de changer sa vie…
Il a refusé de rester au palais,
Manger et boire sans travailler,
Il a demandé à son père de le laisser voyager seul,
Il n’a rien pris avec lui,
Sauf la bague qui prouve qu’il est le fils du Calife, et il l’a cachée…
Il est descendu travailler parmi les gens du peuple,
Puis plus tard il a envoyé à son père une lettre dans laquelle il dit
« J’ai retrouvé le bonheur, quand j’ai laissé le confort,
Je ne ressens ni stress ni dépression Ô père,
Depuis que je travaille, que je fais des efforts et que je cherche à satisfaire Dieu »
Un sourire d’espoir pour celui qui imite Ali le fils d’Al Ma’moune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *